Rédaction web et référencement en 2013

Encore un énième article qui va me dire de de mettre en gras les mots importants et d’utiliser des balises de titre ! Et bien.. oui et non. Le référencement évolue sans cesse et il n’y a donc rien d’étonnant à voir régulièrement fleurir des articles sur les mêmes sujets, toutefois et pour ne pas trop vous lasser, je vais tenter de faire dans ce post le tour de toutes les bonnes pratiques en matière de rédaction web et référencement !
 

SOMMAIRE

 

Rédaction web
Vous souhaitez devenir rédacteur web ?
  1. Choisir les bons mots-clés
  2. Les Stop Words sont vos amis
  3. Champ lexical & longue-traine
  4. Sur-optimisation & Google Penguin
  5. Densité de mots-clés
  6. La longueur idéale ?
  7. Contenu unique s’il vous plait
  8. Mise en forme
  9. Liez vos articles
  10. Illustrez votre texte
  11. Citez vos sources

 

Voilà le chemin que nous allons suivre, en route !

 

Choisir les bons mots-clés

En 2013 encore, le choix des mots-clés est une étape cruciale puisque c’est d’elle que va dépendre la plupart des suivantes. En travaillant des expressions qui ne sont pas recherchées vous aurez beau vous donner toutes les peines du monde, le résultat risque d’être décevant.

Pour éviter cela il existe pas mal d’outils permettant d’avoir une idée du volume de recherche et de la concurrence des mots sur lesquels vous souhaiter positionner une page, et pour ma part c’est le générateur Adwords qui à ma préférence. Gratuit et simple d’utilisation, il ne faut toutefois pas prendre chaque suggestion au pied de la lettre !

 

Les Stop Words sont vos amis

Les Stop Words (ou Mots Vides), ce sont tous ces petits mots qui même s’ils sont indispensables à la bonne lecture, n’ont à eux seuls pas de sens significatif dans une phrase : le, un, des .. en sont de parfaits exemples.

Stop Words anglais
Image empruntée à www.classictheatre.com

Hors vous constaterez que souvent les outils tels que le générateur Adwords  vous proposeront des expressions dénuées de tout article ou mot de liaison.
Ex : « référencer site web », « écrire article » etc..

Par pitié, ne les utilisez pas tels-quels ! Faites l’effort d’écrire « référencer votre site web » ou « écrire un article », cela sera tout aussi efficace en termes de SEO et vous éviterez ainsi à votre lectorat de se taper la tête contre l’écran par désespoir.

 

Elargir le champ lexical pour profiter de la longue-traine

Plus le vocabulaire utilisé dans votre texte est varié, et plus vous aurez de chances de bénéficier d’un trafic conséquent en provenance de la longue-traine. Par définition, il est difficile de l’optimiser puisqu’il s’agit de nombreuses expressions peu recherchées mais vous pouvez tout de même travailler le potentiel de vos pages.

Pour cela, pensez à utiliser des synonymes ainsi que le vocabulaire spécifique à la thématique traitée.

Astuce : Si vous êtes un peu développeur sur les bords, vous pouvez également utiliser le script Google Suggest proposé par SeoBlackOut pour trouver les recherches annexes à votre sujet susceptibles d’être tapées.

De plus, un texte riche permettra d’éviter la problématique suivante..

 

Sur-optimisation, gare au Pingouin !

google et pingouinUn an déjà que le filtre Google Penguin s’est abattu sur les SERP  français (les pages de résultats d’un moteur de recherche) avec entre autres objectifs d’accentuer la lutte contre le keyword Stuffing, cette pratique qui consiste à truffer un texte de mots-clés de manière intensive, pour gagner quelques positions.

Il s’agit sans doute de la mise à jour qui a le plus influencé la rédaction web ces dernières années, puisque si Google luttait depuis longtemps contre cette forme de sur-optimisation ce n’est qu’à partir de ce filtre que l’intégralité des éditeurs se sont mis à vraiment surveiller le contenu publié.

Pour éviter toute pénalité de ce genre, modérez l’utilisation de votre mot-clé principal  !

 

Et la densité de mots-clés dans tout ça ?

Il n’y a pas de densité idéale, et quand bien même elle existerait quelque part dans l’algorithme de Google elle est probablement fonction de la popularité de la page, de l’autorité du nom de domaine, etc..

Astuce : Pour avoir une meilleure idée de cette densité, je vous invite à faire un simple ctrl+f sur la page de votre article (en cochant « tout surligner » sur Firefox). Si celle-ci brille de mille feux, c’est mauvais signe.

 

Quelle est la longueur idéale d’un texte ?

Cela dépend principalement de deux facteurs : la quantité d’informations que vous avez à donner et la concurrence sur ce sujet !

  • Pour une thématique peu concurrentielle et dont vous pouvez rapidement faire le tour, une centaine de mots accompagnés de quelques liens pourra suffire à vous positionner en première page.
  • Dès que la concurrence devient plus rude en revanche, mieux vaut prendre la peine d’écrire 300 à 500 mots pour un contenu vraiment riche et apportant des informations pertinentes.

Bien sûr, il ne s’agit que d’une estimation ! Libre à vous d’adapter la taille de vos articles en fonction de vos expériences respectives, du public visé, etc..

Un contenu unique s’il vous plait

Même les shadoks l'ont compris

Le contenu de votre site doit être unique, et cela vaut pour tous les cas. Même s’il est parfois tentant de recopier une description déjà existante (par exemple pour des fiches produits, ou lorsque vous ajoutez votre site à un annuaire), ou simplement parce que vous ne souhaitez pas passer des heures ne rédaction. Il existe alors quelques techniques qui peuvent vous aider :

  • Le content spinning, qui consiste à créer de nombreuses variantes à partir d’un texte unique.
  • Les descriptions dynamiques, il s’agit ici de créer un texte à trou qui sera rempli avec les variables correspondant, par exemple, à chaque produit de votre catalogue (prix, couleur, nom, catégorie..).
  • En cas de besoin, passez par un rédacteur externe !

 

La mise en forme : H1, H2, strong..

C’est ici que l’on passe de la rédaction web à l’optimisation de contenu ! Le langage HTML possède plusieurs balises qui permettent de mettre en exergue un titre ou quelques mots, en termes de référencement les plus utiles sont :

  • H1 pour le titre de votre page. Dans certains cas, l’utilisation de plusieurs balises H1 peut se justifier (plusieurs sujets abordés, etc..) mais en général, n’en utiliser qu’une seule permet d’éviter tout risque d’abus.
  • H2, H3.. pour vos sous-titres en fonction de l’arborescence de votre page.
  • Strong pour mettre en gras une expression ou un court paragraphe et lui donner légèrement plus de poids.

 

Liez vos articles entre eux

linking interneQuand on parle rédaction web, on oublie trop souvent de mentionner l’intérêt de créer des liens entre ses propres articles. C’est pourtant un moyen simple et efficace de bénéficier de liens entièrement personnalisables ! Vous êtes seul maître du lien, libre à vous de choisir une ancre optimisée (sans oublier les Stop Words, hein !) et de lier les pages de votre choix.

A noter :  Lorsque plusieurs liens identiques sont présents sur une page, seul le premier d’entre eux est pris en compte par Google. Inutile donc de lier les rubriques de votre menu, visez plutôt les pages profondes.

 

Illustrez votre texte

Si l’on dit parfois qu’une image vaut mille mots, c’est loin d’être vrai en référencement. Toutefois, agrémenter vos articles d’illustrations et de photographies pourrait permettre d’attirer quelques visiteurs supplémentaires..

Conseils pour l’optimisation d’une image : hébergez l’image autant que possible, renseignez correctement l’attribut ALT (le TITLE n’a aucun effet en terme de référencement mais peut-être utile pour des questions d’accessibilité), placez-la à proximité du contenu textuel et tant qu’à faire, donnez-lui un nom simple et clair. Et surtout, si cette image ne vous appartient pas..

 

Citez vos sources

En plus d’être fortement apprécié, citer vos sources ne pourra qu’être bénéfique si elles sont de qualité ! Cf. « CP, blogs, nombres de liens sortants maximums et pertinence » sur le blog AxeNet. En faisant parfois un lien vers des sites de référence dans le domaine concerné vous gagnerez également en crédibilité et qui sait, peut-être vous renverront ils la pareille. 😉

 

Loïc

Consultant référenceur en freelance depuis 2009, n'hésitez-pas à vous rendre sur www.id-referenceur.com pour en savoir plus sur les prestations que je propose.

 

17 commentaires sur “Rédaction web et référencement en 2013

  1. Une bonne piqûre de rappel pour ceux qui n’ont toujours pas saisi l’importance du contenu éditorial.
    En revanche, je continue de penser qu’il n’y a pas de longueur idéale et que de standardiser la longueur des articles est une grosse boulette qui est loin d’être « naturelle ».

  2. Je remarque que, généralement, ces consignes sont de plus en plus et de mieux en mieux appliquées, comme quoi la répétition finit par payer ! Surtout en ce qui concerne blogs et CP améliorés qui travaillent aujourd’hui leur maillage interne.

    C’est flagrant dans le milieu SEO où chaque article contient désormais 1 ou 2 liens internes et des liens externes vers des ressources complémentaires dans la même thématique.

    En fait, comme le pense Netideal, j’ai le sentiment que ce genre de consignes est utile pour garder une trame en tête, mais ne doit pas être appliqué systématiquement non plus afin de diluer un peu l’empreinte laissé sur le web. 2013, l’année de la modération ?

  3. @Christophe et Yann

    Je suis totalement d’accord, la nombre de mots que j’indique ici n’est d’ailleurs qu’une estimation du « minimum conseillé » ! Varier la taille des articles est toujours préférable.

  4. Merci pour ce rappel… presque complet.
    Un champ lexical élargi n’agit pas seulement sur la longue traîne, il donne des signaux de pertinence sémantique plus forts pour les moteurs qui cherchent à lier les contenus (au-delà du simple lien) en fonction de leur proximité sémantique. Il s’agit d’introduire des « entités nommées » comme on dit maintenant !
    Je suis curieux de voir comment Google va continuer à développer son Knowledge Graph à ce sujet.

  5. Très bon article qui et pleins de bonnes intentions. La rédaction web en 2013 est véritablement une problématique à prendre en compte et surtout l’aspect sémantique.

    Pour le coup, je pense que mettre beaucoup de synonyme, du contenu à forte valeur ajoutée, joindre des vidéos de sa propre chaîne youtube, des images uniques estampiller de votre logo avec une légende sont une bonne chose.

  6. Personnellement, je trouve intéressant le point sur les « stop words » car ils sont généralement omis dans les lienspour donner plus de poids aux keywords visés. Cependant, il est certain qu’ancrer un lien avec les « stop words » permet de paraître plus naturel. C’est une bonne astuce.

    Sinon, je suis assez pour le partage en citant les sources grâce à des liens. Malheureusement, je ne suis pas certain qu’il y est un retour des choses car souvent l’égoïsme prime.

    Sinon, beau récapitulatif complet des techniques de base à utiliser pour le référencement de son site internet.

  7. Merci Loïc pour cet article qui traite pertinemment de la rédaction web en 2013.

    Je voulais revenir sur un point soulevé, concernant la mise en forme. Le STRONG a-t-il réellement encore sa place en 2013 ? Je ne serai pas aussi affirmatif. Actuellement, je ne l’utilise pas les quelques blogs que je gère à mes heures perdues car il me semble avoir lu quelque part que cette balise avait perdu de son intérêt.

    J’envisage toutefois de la tester sur les blogs qui ont dû mal à attirer du trafic (quitte à sur-optimiser les articles) mais je reste sceptique.

  8. Article bien complet de Loic une fois de plus. On martèle de plus en plus en cette première partie d’année pour vraiment faire comprendre aux gens que le référencement n’est plus celui qu’on connaissait l’an dernier.
    Pour rebondir sur ce que Christophe à dit, ou plutôt compléter, il est importer de varier cette longueur de texte. Passez d’un article de 200 mots à un article de 400 mots puis de 100 mots et une grande infographie permet de casser cette standardisation si commune à tous les sites de CP de vieille génération, ou les auto blogs.

  9. Bonjour
    bon article, je retrouve pas mal de points que j’avais bien développé dans mes articles.
    Bien vu et c’est important les stop word, pas assez utilisé à mon sens dans les ancres, ce qui permet de diversifier et de paraître plus naturel
    bon boulot
    🙂

  10. @Noudchananh Pour la balise strong, je pense vraiment qu’elle à sa place aujourd’hui encore. Alors certes, mettre un mot-clé en gras ne va pas faire gagner 10 places mais c’est un facteur comme un autre.

  11. @Loïc Ok, merci pour ta réponse, qui m’encourage (un tout petit peu plus) à faire des tests sur certaines pages avec la balise strong, bien que je suis toujours pas convaincu ^^

  12. Merci pour cet article plutôt original pour le coup. c est vrai que ceux qui font une veille quotidienne en référencement naturel ont sûrement déjà parcouru des centaines d articles traitant de cette thématique.

    Mais heureusement, il y a dans cette article des points inattendus comme les stop words…

    C’est relativement court mais cela balaye bien le sujet dans l ensemble

  13. Bonjour Loïc,

    Je vous félicite pour cet article à la fois pertinent et très précis pour les débutants dans le domaine de la rédaction web.

    Au même titre que plusieurs auteurs de commentaires, je trouve que la mise à jour Penguin a largement fait évoluer le travail des SEO, bien que beaucoup n’ont pas encore compris qu’il existe d’autres sources de référence que wikipedia…

    Par contre en matière de nombre de mots clés dans un texte, je suis septique. Je pense que c’est réellement le vote du public et le linking (interne/externe) qui va jouer sur la page, pas tellement le nombre de mots. Mais il est évident que plus le temps va passer, plus les internautes ne donneront un vote de confiance qu’à des sites abordant un sujet en profondeur, donc à terme il faudra fournir des textes très riches.

  14. Bonjour,

    Un billet très instructif ! Il est parfois difficile de varier les contenus et de ne pas intégrer en sur-dose quelques mots-clés. Un site Internet d’annonces immobilière est souvent difficile à gérer en terme de rédaction car ce sont régulièrement les mêmes expressions et les mêmes mots-clés qui reviennent. Au bout d’un certain temps, on a vite fait le tour !

  15. Article très interessant et riche, merci 😉 Pour la partie sur le contenu unique et le content spinning, je conseille au gens qui ne le connaissent pas, le logiciel effispin qui est en téléchargement libre ! Un outil vraiment très pratique et simple ! A bientôt !

Comments are closed.