Désoptimisation de lien : utilisez-vous les bonnes ancres ?

Encore un article qui suit la tendance SEO de ces derniers mois puisque le sujet du jour, c’est la désoptimisation ! Et après le contenu, c’est au tour du linking d’être la cible des différents filtres et updates de Google : trop de liens avec une même ancre, pas de nofollow dans votre profil, trop de sites de basses qualité.. que faudra-t-il faire en 2013 pour obtenir un bon positionnement sans pour autant être considéré comme spammeur ? Pour en avoir une meilleure idée, j’ai décidé de jeter un oeil au profil de 5 sites de référence..

Google et les ancres
crédit photo : seomix.fr.

SOMMAIRE

  1. La (presque) réponse en une image
  2. D’où viennent ces chiffres ?
  3. Quelle utilité ?
  4. Finalement, on fait quoi ?

La (presque) réponse en une image

ancres de liens et désoptimisation
Infographie réalisée via http://infogr.am

D’ou ca vient ?

Comment obtenir ces chiffres ? Très simplement, il suffit d’utiliser l’outil Majestic SEO pour trouver les principaux liens, ancres, domaines référents.. de chacun de ces sites. Ensuite, regrouper et comparer les infos dans un document excel permettent d’en déduire ces infos.

Quelle utilité ?

Tout et rien ! Les sites utilisés pour le test sont des références dans leur domaine qui peuvent sans doute se permettre beaucoup plus de choses qu’un nom de domaine tout juste sorti de terre. Reste quelques pistes et idées d’ancres qui peuvent il me semble être utiles si vous souhaitez que votre profil de lien reste naturel, par exemple :

  1. Le nofollow n’est pas si répandu que ça. C’est WebRankInfo qui possède le moins de liens en nofollow (2%) ce qui n’a rien d’étonnant pour un site SEO, Amazon à quand à lui le record avec 22%.
  2. Les liens images, ça compte. 25% en moyenne, c’est vraiment énorme. Cette fois c’est wikipédia qui pèche, assez logique pour une encyclopédie basée sur le contenu textuel, alors que les autres sites ont chacun des « armes » à ce niveau (le très connu logo avec Marianne pour le service public, le lien retour de l’annuaire pour WRI, les nombreux produits d’Amazon..).
  3. Le nombre de liens par domaine référent est étrangement assez proche pour chacun de ces sites : 342 pour Wikipédia, 423 pour Service Public, 474 pour Le Bon Coin, 369 pour WRI et 927 pour Amazon qui est le seul à monter un peu plus haut. Cela laisse penser que le lien de type BlogRoll c’est tout de même efficace, à condition d’avoir déjà la notoriété nécessaire pour encaisser autant de liens.
  4. Les ancres « france » « français » sont à peu près aussi répandues que « ici » ou « lien » pour les sites multilingues !
  5. Environ la moitié des liens images ne possèdent pas d’attribut ALT mais le chiffre est très variable, de 9% pour WRI à 90% pour Le Bon Coin.

Finalement, que faire ?

Continuer à faire des liens bien sûr, il faut simplement doser un peu plus la ou l’on pouvait avant se permettre de bourriner sur les ancres. D’ailleurs, voici 2-3 ressources utiles pour vous aider à élaborer et développer votre stratégie de linking :

 

Loïc

Consultant référenceur en freelance depuis 2009, n'hésitez-pas à vous rendre sur www.id-referenceur.com pour en savoir plus sur les prestations que je propose.

 

6 commentaires sur “Désoptimisation de lien : utilisez-vous les bonnes ancres ?

  1. On lit de plus en plus d’article sur la désoptimisation : au secours !!!! Il faut défaire tout ce qu’on a mis des années à construire ? Merci pour cette petite étude, je vais faire plus de liens sur des images tiens. Mais bon, comment trouver l’ancre idéale, celle qui compte et ne risque absolument pas de lever une pénalité ? Ceux qui suivent d’assez près les blogs SEO doivent connaître la réponse non ?

  2. Ce n’est sans doute pas grâce à cette panoplie d’ancres qu’ils rankent. Ils étaient déjà formidablement positionné, même avant les ravages pingouin.

    L’explication est ailleurs (popularité referer, optimisation, nombre, ration qualité nombre, ..). Avec cette gestion, on limite les potentiels problèmes (ce qui est bien entendu fondamental).

    Idem pour le coté « blogroll ». Ca laisse surtout penser que ça n’est pas néfaste. L’efficacité c’est tout autre chose.

    Au delà de ça, oui, la gestion est importante pour éviter de se casser la gueule… bien qu’on compte des contre-exemples par millions.

  3. C’est sur que plus on a de tout comme genre d’ancres, plus cela fera naturel. Le mieux bien sur reste d’avoir des liens qui viennent d’autres sites et de par leur propre volonté et qui ont donc souvent des ancres désoptimisées, mais par contre ce n’est pas donné à tout le monde.

  4. encore plus de naturel, c’est ce qu’exige google,
    changer d’ancre, utiliser des url,
    le nofollow au rendez-vous
    je trouve que c’est devenu plus facile

  5. Beaucoup de référenceurs ont tendance à trop souvent négliger le côté naturel du référencement, peut-être parce qu’ils utilisent le terme anglophone SEO… Trêve de plaisanterie, s’il y a bien une chose qui est sûre, c’est que Google est particulièrement vigilent à nos profils de liens. Au delà du rythme auxquels sont créés les backlinks d’un site et la qualité des domaines d’où ils proviennent, il faut faire attention à leur texte d’ancrage. L’utilisation d’un logiciel comme Majestic SEO est pour cela indispensable !

  6. La suroptimisation au niveau des ancres peut avoir des conséquences assez lourdes sur le référencement d’un site internet. Sinon il existe également l’outil de moz, qui est très pratique car il permet d’afficher le DA et le PA, deux indicateurs très utiles pour analyser la qualité du netlinking d’un site web.

Comments are closed.